Les parcs d’Hayao Miyazaki

Qui n’a pas été transporté par l’univers merveilleux du célèbre réalisateur japonais Hayao Miyazaki (宮崎 駿)?

Vous avez ri, souri, pleuré, mais dans tous les cas rêvé grâce à l’imagination débordante de ce mangaka, co-fondateur du Sudio Ghibli. C’est avec beaucoup de tristesse que sa communauté de fan, et que les critiques en général, ont accueilli la nouvelle de son départ. Mais comment un homme aussi actif pouvait-il se retirer définitivement de la scène?

Des dessins fait par l’artiste Takumi laissent rêveur…

Voici une idée de ce à quoi il pourrait ressembler:

Beaucoup se précipitent pour visiter son musée, ce parc enchanteur serait peut-être son dernier projet, mais certainement pas le moindre. Continuons à espérer!

☼ Mais avant cela une vraie nouvelle: Miyazaki va participer à la création d’un parc naturel nommé La Forêt du Vent, un nom qui laisse rêveur, même s’il n’est pas donné qu’il y ait quoique ce soit venant de ses films. Ce serait un espace naturel pour que les enfants puissent profiter de tous leur sens. Il sera « construit » sur l’île de Kumejima.

 

©http://www.nerdist.com/

http://sick-magazine.com/

36h à la dérive sur un paddle!

Au plein cœur de l’été, et de toute l’insouciance que la chaleur apporte, un message de prévention peut sembler un peu trop sérieux.

En effet, c’est trop souvent que ces belles vacances sont ponctuées de nouvelles tragiques concernant des touristes inconscients des dangers de la mer et des courant. En voilà une qui s’est néanmoins bien terminée:

Sauvetage d’une femme sur son paddle au large… par France3Haute-Normandie

Trois points essentiels à retenir: cette jeune fille est partie seule, sans prévenir personne, et visiblement sans vérifier les courants.

Tout le contraire de ce qu’il faut faire quand on part en mer; que se soit pour se baigner, pour faire du paddle board, de la voile ou du bateau à moteur.

  • prévenir
  • si possible ne pas se baigner seul
  • faire attention à la météo
  • vérifier la marée et le sens des courants
  • ne pas oublier la crème solaire
  • et faire attention à l’hydrocution!

(bon on pourrait rajouter la déshydratation, les méduses, et les possible invasions d’extraterrestre mais la liste serait trop longue!)

Soyez prudent, la mer est belle et agréable, mais peut se révéler très dangereuse si on ne prend pas quelques précautions!

© www.surf-report.com

 

Connaissez-vous le glamping?

Camping Saint-Louis – Lamontjoie

Le glamping, mot-valise pour glamour et camping, désigne le fait de faire du camping sans pour autant devoir se trimbaler le matériel et devoir tout installer.

C’est, disons, du camping pour les flemmards ou pour les amateurs de confort mais au plus proche de la nature.

Ce concept existait déjà depuis assez longtemps, particulièrement en Afrique, où il se révèle d’une grande commodité pour les hôteliers. En effet, la grande flexibilité de ces installations leur permet de déménager d’une saison à l’autre sans trop de difficultés matérielles et ainsi répondre plus facilement à une nature souvent changeante. Dans ce contexte, c’est également idyllique/effrayant tout dépend du point de vue: camper au milieu de la savane, dormir à deux pas des « Big Five » (les cinq grands rois de la nature africaine: le lion, le buffle, l’éléphant, le rhinocéros, l’hippopotame), ne pas se faire dévorer par les moustiques grâce aux lourdes moustiquaires etc.

Nxabega okavango tented camp – Botswana

Enfin revenons à des contrées moins lointaines! Cette alternative au camping, permet de profiter pleinement d’un cadre naturel, d’être éco-responsable, sans pour autant dépenser une fortune. Un peu boudé par les français, il rencontre plus de succès auprès de nos voisins anglais.

Compter entre environ 28 et 150€ (en France bien entendu), suivant le cadre mais surtout le niveau de service.

Voici un site qui vous en offre une sélection:>>ici<<

 

© http://glamping.fr/
http://www.andbeyond.com/
http://www.radins.com/

La production de plastique végétal à grande échelle? Ça commence!

Voilà une bonne nouvelle pour nos férus de la protection de l’environnement, pour nos militants anti-pétrole, et pour nos fervents défenseurs du développement durable.

Hier a été posée la première pierre, issue d’un projet de quatre ans, du nouveau bâtiment de l’Institut Français de Matériaux Agrosourcés dans le Nord ou IFMAS pour faire plus court. Il ouvrira ses portes dans un an.

Alors c’est bien beau mais qu’est-ce que c’est, et qu’est-ce que ça signifie?

Le plus simple, c’est de reprendre la description que nous fournit cet institut:

« L’Institut Français des Matériaux AgroSourcés (IFMAS) est un institut de recherche, de valorisation et de formation dans la chimie du végétal[…]. L’IFMAS a comme ambition de participer au développement d’une filière unique et innovante, partant de la transformation des plantes locales abondantes et renouvelables pour aller jusqu’à la production et la mise en œuvre de matériaux plastiques végétaux et de revêtements et peintures biosourcés. L’IFMAS s’inscrit dans une perspective de développement durable, d’affranchissement de la dépendance en matières premières d’origine fossile et de réduction des émissions de gaz à effet de serre pour lutter contre le réchauffement climatique.

Il a été labellisé « Institut d’Excellence sur les Energies Décarbonées » par l’Etat français en mars 2012 et se présente comme un partenariat public-privé.  »

En résumé: produire du plastique à partir de végétaux et non de pétrole, et ce en grande quantité.

Il est piloté par Roquette (un des leaders mondiaux de l’amidon), et soutenu par l’université de Lille 1, le CNRS, Mäder, Florimond-Deprez, les plasturgistes et de près ou de loin, l’ensemble des acteurs institutionnels du développement économique régional.

Je vous parlais du dossier sur la transition énergétique il y a peu, en voilà un qui n’aura pas eu besoin de l’attendre…

source:
news.radins.com
lavoixdunord.fr
ifmas.eu

Voici un article qui, je trouve, est un résumé assez clair du projet de transition énergétique présidé actuellement par Ségolène Royal.

Certaines mesures semblent intelligentes et réalisables d’autres ressemblent plus à de mauvaises idées crées pour apporter plus de contenu au rapport, mais il reste néanmoins important de se tenir au courant de ce type de projet.

-Et désolée pour cette nouvelle période d’absence dû à des petits changements personnels.-

PS: un exemple typique d’une mesure que je trouve catastrophique, l’implantation massive des éoliennes sur nos territoires et les conséquences sur la faune alentour qu’elles impliquent.